Innovation épicerie

Le marché de l'épicerie sucrée

Dans l’industrie agroalimentaire, l’épicerie sucrée est l’un des marchés les plus concurrentiels mais aussi les plus innovants.

D’après le Panorama mondial de l’innovation 2019 de ProtéinesXTC, deux des principaux marchés de l’épicerie sucrée figurent dans le top 10 des catégories les plus innovantes de l’alimentaire dans le monde en 2018. Il s’agit de la biscuiterie (en septième position avec 4,7 % de toutes les innovations) et des desserts (à la neuvième place avec 3,5 % du global).

Les nouveautés au rayon biscuiterie et desserts sont particulièrement nombreuses en Amérique latine, où ces deux catégories se hissent respectivement aux troisième et quatrième rangs des catégories les plus innovantes de l’alimentaire.

Une forte tendance « Et c’est tout »

Même si l’épicerie sucrée est synonyme de gourmandise, l’argument en faveur d’aliments plus sains, plus naturels et moins lourds grignote du terrain. Les consommateurs continuent d’acheter des produits sucrés axés plaisir, à condition que leur impact sur la santé ou l’environnement reste modéré.

Conscients de ces nouvelles exigences, les industriels retirent de leurs produits les additifs, les colorants ou encore les conservateurs. Pour fabriquer ses biscottes artisanales sans colorant, conservateur, ni huile de palme, le français Nerver Dy a par exemple conçu sa recette à partir des feuilles de moringa, un arbre aux nombreuses vertus utilisé jusqu’à présent dans les cosmétiques et, de plus en plus, dans l’alimentaire. « C’est en Asie du Sud-Est qu’a démarré le succès du moringa dans l’alimentaire et il s’étend progressivement aux pays européens et à l’Amérique du Nord », explique ProtéinesXTC dans son Panorama mondial de l’innovation 2019. 

Le belge Belkorn a lancé en 2018 des biscuits sans  additifs ni sucres ajoutés.

Le belge Belkorn a lancé en 2018 des biscuits sans 
additifs ni sucres ajoutés, composés à 35% de fruits.

Certaines marques font de cette promesse du « sans » leur fer de lance, comme par exemple le belge Belkorn avec ses produits Noadd, ou « sans ajout » en français. En 2018, cette société a en effet lancé des biscuits sans additifs ni sucres ajoutés, composés à 35 % de fruits.

Même la confiserie revoie sa copie en termes d’ingrédients qui posent question. Avec sa bien nommée gamme « Not Guilty », c’est-à-dire « non coupable » en français, le producteur Nature Innovation International propose des bonbons sans gélatine animale, bios, sans colorant ni arômes artificiels. Plusieurs goûts sont possibles : cola, grenade, fruits rouges, fruits et enfin miel et fruits.

Le « sain » s’allie au « plaisir »

La tendance est aussi aux produits allégés, où le gras et le sucre laissent la place à des ingrédients plus diététiques. Dans ce domaine, le quinoa remporte un large succès. « Il est de plus en plus utilisé pour sa faiblesse calorique dans des produits à promesse minceur, tout en conférant à ces produits une origine exotique », poursuit ProtéinesXTC. La preuve avec les galettes de riz et quinoa pauvres en calories et sans gluten proposées par l’un des poids lourds de l’épicerie bio en grande distribution : Bjorg.

Les ingrédients réputés en cosmétique pour leurs vertus s’invitent également au rayon « épicerie sucrée » afin de proposer une offre inédite alliant « bienfaits » et « plaisir ». C’est le cas du collagène, largement répandu au Japon, et qui commence à se faire une place dans l’alimentaire. Plusieurs sociétés nippones ont ainsi récemment lancé des bonbons gélifiés riches en collagène, à consommer sans culpabiliser.

Au rayon confiture, Bonne Maman lance une nouvelle  gamme contenant 30% de moins en sucre qu'une  confiture classique

Au rayon confiture, Bonne Maman lance une nouvelle
gamme contenant 30% de moins en sucre qu'une 
confiture classique.

Les produits traditionnellement riches en sucres se déclinent par ailleurs en versions plus légères. C’est notamment le cas au rayon des confitures avec, chez Bonne Maman, une nouvelle gamme « intense aux deux fruits » contenant 30 % moins de sucre qu’une confiture classique. Une confiture moins sucrée, donc, mais qui ne cède toutefois pas de terrain au manque de goût et de plaisir pour le consommateur.

Idem sur le marché des compotes, où les industriels rivalisent d’ingéniosité pour proposer des produits moins sucrés mais tout aussi savoureux. Le français Unidiet a même lancé une purée de fruits (abricots, pommes et bananes) aux graines de chia, germe de blé et jus de citron 100 % naturelle et sans sucres ajoutés, garantie à moins de 100 calories la portion. Un produit inédit, sélectionné par le SIAL Innovation 2018 pour sa recette saine et originale.

De façon plus générale, le bio a réalisé une importante percée dans le secteur de l’épicerie sucrée, et en particulier sur le créneau de la biscuiterie. Il est aujourd’hui l’un des principaux leviers d’innovation et de croissance, notamment en France où le chiffre d’affaires des biscuits bio a progressé régulièrement (+12,9 % des ventes en volume en 2018) pour atteindre les 2,23 milliards d’euros, selon IRI.

INSPIRING FOOD
BUSINESS WORLDWIDE
SIAL Canada
Montreal
SIAL Canada
Toronto
SIAL China
Shanghai
SIAL India
New Delhi
SIAL Interfood
Jakarta
SIAL Middle East
Abu Dhabi
Djazagro
Algiers
Gourmet Selection
Paris
Visit SIAL Network