Réalité virtuelle et augmentée : apports à l’agroalimentaire

Publié le - mis à jour le

La réalité virtuelle et la réalité augmentée changent l’agroalimentaire. Cette conférence Alter’Native Food de 2018 le démontre par des cas concrets.

Réalité augmentée / virtuelle : simple modernisation ou révolution du secteur de l'agroalimentaire à venir ?

En quoi consistent la réalité virtuelle et la réalité augmentée ?

Au sein de l’industrie automobile, des professionnels travaillent en réalité virtuelle afin d’être immergés dans un environnement leur permettant d’élaborer et de construire la voiture de demain. Chez Audi, les techniciens portent des casques de réalité virtuelle afin de choisir le cockpit, la couleur et les autres éléments qui composent la voiture pour la concevoir. Chez Renault, les techniciens peuvent travailler sur des moteurs en cours de fabrication sur la chaîne de montage, et sont capables d’un geste simple de superposer des éléments du manuel de construction pour vérifier s’ils sont bien assemblés.

L'utilisation de l'AR/VR aide à l'apprentissage

L’agroalimentaire est bien sûr concerné : la société Synergiz, à Saint Malo, règle des machines directement dans le lieu de fabrication par ce biais, et, le groupe alimentaire Sodexo a créé un module de formation pour aider les managers de la restauration à se former aux bonnes pratiques avec l’aide de la réalité virtuelle. 

Comme 10 minutes de pratique virtuelle équivalent à la lecture d’un manuel de 50 pages, le temps gagné est considérable. L’apprentissage est plus ludique, les utilisateurs apprennent en pratiquant et ont le droit de se tromper avant de recommencer sans réelle conséquence.

Avec la réalité augmentée, il est possible de voir tout ce qui se passe autour de soi en y ajoutant des éléments virtuels. Ces éléments se superposent à l’environnement dans lequel on évolue. Une application développée par Danone offre par exemple un jeu Playmobil qui permet d’obtenir plus d’information aux consommateurs sur les yaourts vendus.

Du côté de la restauration, il est également possible de faire défiler un menu et de choisir ses plats pour retrouver  une modélisation 3D dans son assiette. Le rendu, très réaliste, permet de se représenter la création du chef avant de passer commande.


A lire aussi: Le chef est une IA ! 


Des innovations au service de l’agroalimentaire

D’autres cas concrets d’innovations au service de l’agroalimentaire :

  • La start-up Foodvisor, créée par trois élèves centraliens, permet de prendre une photo de son assiette et de découvrir l’apport énergétique grâce à une application. L’intelligence artificielle détecte toute seule l’ensemble des éléments, détermine leurs poids et leurs calories. L’utilisateur peut ainsi déterminer si l’apport est suffisant ou trop lourd en rapport avec ses objectifs personnels. 
    Coop Supermarché du futur
  • Dans les supermarchés, la société Alibaba s’est penchée sur le phygital et permet de se faire livrer plus tard une partie de ses achats tout ayant l’opportunité de les manipuler en magasin. Il est aussi possible de les faire cuisiner en un clic depuis son smartphone et de les consommer à un emplacement de restauration au sein même du supermarché
  • À Milan, le supermarché du futur « Coop » a récemment ouvert ses portes. Il dispose de capteurs de mouvements permettant de comprendre ce que saisit le consommateur afin de générer des informations nutritionnelles et des données sur la provenance des produits via des écrans situés en hauteur.
  • La livraison est également concernée, puisque des robots et des véhicules autonomes sont en cours de conception et déjà mis à l’épreuve. La société Starship, en Californie, a développé de petits robots qui récupèrent une commande passée à une distance d’une quinzaine de minutes du consommateur auprès des restaurants concernés. Un code de sécurité reçu par SMS permet de débloquer le compartiment sécurisé et de récupérer son repas.
  • Enfin, les imprimantes 3D sont un secteur en pleine innovation. Dans un restaurant scolaire au sud de l’Angleterre, les élèves ont travaillé avec leurs professeurs pour imprimer leurs menus. L’outil imprime des aliments de forme géométrique par les élèves.

En conclusion, la réalité virtuelle et la réalité augmentée ne remplaceront pas les êtres humains dans les métiers de l’agroalimentaire, mais ont été conçues pour être complémentaires dans leurs tâches et les aider au quotidien.

Intervenant : Jeanne BARON, JOURNALISTE et Nicolas RIBEYRE, LAVAL VIRTUAL

Zoom sur Laval Virtual

Laval Virtual est une société située dans l’agglomération de Laval, qui compte près de 60 000 habitants, un terroir alimentaire fort et qui est aussi le fief des hautes technologies. Pour Nicolas Ribeyre, Laval Virtual est connue « dans le monde entier […]. Les Japonais par exemple connaissent Paris et la haute gastronomie, le Mont-Saint-Michel, et ils connaissent Laval Virtual parce qu’ils sont nombreux à venir au salon Laval Virtual chaque année. ». Laval Virtual dispose d’un centre dédié à l’étude de la réalité virtuelle et augmentée.