Allergies et intolérances : causes, conséquences, solutions

Publié le - mis à jour le

Les allergies et les intolérances tendent à prendre de plus en plus d’ampleur, comme expliqué au cours de cette conférence Alter’Native Food de 2018.

Allergies et intolérances au niveau mondial : pourquoi un tel essor ?

D’un point de vue sociologique, les allergies et les intolérances compliquent les repas pris en communauté, notamment lors des occasions particulières telles que les fêtes où l’un des participants présente des besoins particuliers.

Tendances et évolutions

En France, 17% des consommateurs évitent le lactose

En France, 17% des consommateurs évitent le lactose

Les allergies et les intolérances sont des préoccupations récentes qui ont connu un réel essor à la fin des années 2000. Le sujet est de plus en plus médiatique, actuel et mondial, avec la prévalence des allergies alimentaires au lait, aux œufs ou encore aux arachides.

Lorsque l’on interroge les consommateurs, ils se décrivent allergiques ou intolérants et déclarent éviter certains produits dans des proportions beaucoup plus élevées qu’avec les tests de niveau médical. En France, la proportion de personnes qui évitent les produits comportant du lactose est par exemple de 17%. Le marché des produits « sans » est globalement en forte expansion, avec des taux de croissance situés entre 5 et 10%.

Quelle est l’approche sociologique ?

Les sociologues et les anthropologues avancent un certain nombre de causes pour expliquer l’essor des allergies et des intolérances d’un point de vue du consommateur:

  • Il peut s’agir d’une nouvelle marque de distinction sociale, puisque l’alimentation a toujours servi à cette fin. Le fait de consommer des produits « sans » serait donc une stratégie de différenciation.
  • L’individualisation des régimes alimentaires sert les identités religieuses et culturelles.
  • Le phénomène est plutôt bien perçu par les gens qui se sont autodiagnostiqués.
  • Cela permet de résister face au système industriel et de revenir à des procédés alimentaires de bon sens.
  • Il s’agit d’un antidote à l’anxiété générée par la diversité des choix.
  • La volonté de reprendre le contrôle sur son alimentation entre également en ligne de compte.

Quelles sont les solutions et les pistes d’amélioration ?

Du côté de l’offre, les approches pour remédier à ces allergies et à ces intolérances sont des plus en plus globales, et les marques proposent désormais des produits excluant différents allergènes en même temps. Il existe également des outils mis au point pour aider les personnes allergiques à identifier les plats qu’ils peuvent manger ou non.

Des applications sont développées en France à partir de la base de données Open Food Facts, permettant de scanner les codes-barres des produits et d’identifier ceux qui peuvent être consommés sans danger. Il est également possible d’envisager des scanners qui permettraient d’avoir accès à la composition nutritionnelle des produits avant de les manger. Pour l’heure toutefois, ces produits demeurent assez chers et ne sont pas complètement au point.

Il existe par ailleurs des perspectives scientifiques pour mieux comprendre les allergies ou les intolérances, et y remédier. Cela permettrait par exemple aux allergiques à l’arachide de consommer des produits spécifiques sans avoir à se priver. Des recherches génétiques pourraient également permettre de régler le problème.


A lire aussi : Le futur de l'alimentation décrypté 


Qu’est-ce que l’allergie et quelles différences avec l’intolérance ?

Aliments allergènes

Aliments allergènes

L’allergie est une maladie fréquente. L’OMS la classe au 4e rang des maladies après le cancer, les maladies cardiovasculaires et le sida. D’ici 2050, à peu près 50% de la population sera allergique, contre 2 ou 3% en 1970. À l’époque, on parlait notamment de « rhume des foins » au lieu d’allergie au pollen.

Lorsqu’une personne est allergique, c’est la totalité de sa famille et de ses amis qui consomment les mêmes produits. Il existe 17 millions d’Européens allergiques, dont 2,2 millions en France, soit 8% des enfants et 4% des adultes aujourd’hui. Il s’agit par ailleurs de la principale cause d’anaphylaxie chez les enfants de moins de 14 ans, et 70% des réactions graves et mortelles ont lieu à l’extérieur.

L’allergie alimentaire est une réaction exagérée du système immunitaire face à un élément de l’environnement habituellement inoffensif, l’allergène. De son côté, l’intolérance peut provoquer des symptômes similaires, mais ce n’est pas le même mécanisme immunitaire qui est en cause et cela ne présente pas de risque vital, contrairement à l’allergie. On peut par exemple citer l’intolérance au lactose, qui relève d’un manque d’enzymes adaptées lors de la digestion.

Pourquoi les allergies sont-elles en hausse ?

Un certain nombre d’éléments peuvent être avancés comme étant à l’origine de l’augmentation des allergies alimentaires à travers le monde :

  • Mode de vie moderne et modifications de notre environnement.
  • Habitations de plus en plus hermétiques induisant d’avantage de composés organiques volatils, oubli des habitudes d’aération de l’intérieur.
  • Environnement de plus en plus hygiénique et aseptisé, prolifération des antibiotiques, produits cosmétiques et d’entretien induisant des perturbateurs endocriniens, naissances par césarienne coupant les nouveau-nés du microbiote de la mère censé leur permettre de développer leur système immunitaire.
  • Prolifération des animaux de compagnie, ayant augmenté de 11% en deux ans dans l’Hexagone
  • Pollens, réchauffement climatique allongeant la durée de la pollinisation, pollution extérieure source d’irritations.
  • Transformations des produits agricoles pour un meilleur rendement du blé, de plus en plus riche en gluten et affecté par des pesticides et des produits chimiques.
  • Changement radical de notre alimentation depuis trente ans, avec l’apparition de produits exotiques, orientaux, maghrébins, asiatiques et antillais comportant du sésame, de l’arachide et du soja.

Les allergies et les intolérances sont de réelles pathologies et non un choix. Pour Pascale Couratier, « les personnes [qui sont allergiques ou intolérantes] […] ont peur, il y a une réelle crainte lorsque l’on consomme un produit quand on est allergique. » Il s’agit donc d’une contrainte importante et notre mode de vie est en partie responsable de cette augmentation des allergiques et des intolérants.

Intervenantes : Céline LAISNEY, ALIMAVENIR et Pascale COURATIER, AFPRAL

Zoom sur l’association française de prévention des allergies

L’Association française de prévention des allergies (Afpral) existe depuis 25 ans et est reconnue par le ministère de la Santé. Elle mène des actions auprès des pouvoirs publics et des professionnels de l’agroalimentaire, auprès de la DGCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) et du parlement européen en faveur de l’étiquetage. L’Afpral a également une mission première d’écoute, de conseil et de soutien aux familles.