Restaurant VIP
Infos marchés

Etude sur les habitudes alimentaires dans le monde

Publié le par SIAL Paris - mis à jour le

Quels sont les produits qui font saliver les Chinois ? Quels sont les arguments qui persuadent un Qatari, un Malaisien ou un Espagnol d’acheter un aliment plutôt qu’un autre ? Le « bio » ou les ventes en ligne séduisent-ils davantage les Américains ou les Français ? Démêler le vrai du faux et apporter des réponses à toutes ces questions et à bien d’autres se trouve dans la grande étude « Food 360 » qui sera publiée début septembre par SIAL.

Habitudes alimentaires…Quid des idées reçues ?

L'auto-production, beaucoup de bruit médiatique pour une tendance encore marginale : FAUX

Le succès du « c’est moi qui l’ai fait » se confirme… En Asie du sud-est (84%) et au Moyen-Orient (55%), plus de la moitié des consommateurs mangent des aliments qu’ils ont eux-mêmes produits. Cette tendance se développe dans le monde entier à l’exception de la Russie où ce phénomène est bien ancré dans les habitudes. Si l’Europe possède un léger retard dans ce domaine, notre pays fait figure d’exemple à suivre car un peu moins de 1 Français sur 2 cultive déjà ses fruits, ses légumes et ses herbes aromatiques.
SIAL Paris a pu déceler sur les différents SIAL dans le monde les rares produits -Prêt à pousser / SIAL Paris en 2014- et services -système Aquaponie / SIAL Interfood Jakarta- qui annoncent les prémices de cette offre pour aider le consommateur à produire lui-même.

Le développement durable est devenu un critère d'achat important : FAUX

Faites ce que je dis… Le développement durable est un sujet qui préoccupe presque tout le monde. Une immense majorité de consommateurs souhaiterait notamment lutter contre le gaspillage alimentaire (89%). La protection du bien-être animal est aussi jugée importante (77%). Mais il y a loin du constat à l ‘action… Parmi les quinze plus importants critères qui encouragent à acheter un produit plutôt qu’un autre, son impact environnemental figure à la dernière place des priorités des Moyen-orientaux. Les Français font à peine mieux (14ème) tout comme les Russes, les Chinois ou les Britanniques.
Ainsi les revendications Plaisir, Santé ou Praticité restent dominantes, la préoccupation « développement durable » n’intervient que comme une garantie supplémentaire. Ce qui explique sans doute que l’offre, positionnée principalement sur ces valeurs, reste encore limitée.

Des nouveautés oui, une rupture non ! VRAI

L’envie est bien là. A l’exception des Allemands, une vaste majorité des consommateurs ont faim de découvrir de nouveaux produits alimentaires. Les plus curieux sont les Moyen-orientaux (71%), suivi de près par les… Français (64%) et les Espagnols (63%). Les plus gourmands veulent goûter de nouvelles saveurs, des textures originales ou des couleurs inattendues mais ils rechignent à acheter des produits qui ne sont pas ancrés dans leur culture même si le buzz à leur sujet est important. Si presque tous les Asiatiques ont déjà mangé des aliments à base d’algues et qu’un Chinois sur 3 a déjà consommé des insectes, les Français sont nettement moins nombreux à avoir franchi ce pas (32% et 14%)…

L’assiette du consommateur 2016 dépendante du web ? FAUX mais…

L’internet est partout présent dans notre vie, au bureau, à la maison, dans le métro ou sur les bancs de l’école… De même, les consommateurs sont nettement enclins à interagir online avec les marques dans les domaines du tourisme/des voyages (54%) ou de l’automobile (45%). En revanche, dans l’univers de l’alimentaire ou des boissons, ils ne sont que 26% à l’envisager. L’usage de sites marchands dans l’alimentaire est toutefois bien plus répandu en Chine (86%) et en Asie du sud-est (76%) qu’en Allemagne (30%) ou en France (44%).

Des produits « sans », locaux et bien étiquetés : le tiercé gagnant ! VRAI

Si les pays anglo-saxons comme la Grande-Bretagne se préoccupent assez peu d’acheter des produits sans pesticides (59%) ou sans antibiotiques (53%), cette tendance est beaucoup plus marquée en Asie du sud-est (93% et 80%) ou l’on constate le plus fort taux de conscience des dangers santé liés à l’alimentation et une vraie préoccupation quant à l’origine des produits qu’ils consomment (82%°) ou en France (83%, 79% et 68%). Près de 6 consommateurs sur 10 préfèrent également acheter des produits locaux. Les Britanniques (44%) y sont toutefois moins sensibles que les Français (62%). Un étiquetage transparent précisant notamment l’origine des aliments est souhaité par de plus en plus de particuliers qui veulent mieux manger et manger mieux

L’enquête exclusive effectuée par TNS Sofres pour SIAL, avec une mise en perspective de l’offre présentée par le cabinet XTC world innovation, dresse un bilan précis des goûts et des désirs des consommateurs dans 9 pays en Europe, en Amérique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie. Elle montre aussi que certaines idées reçues sont loin de correspondre à la réalité et que les opportunités de développement pour les entreprises de l’alimentaire sont réelles et multiples…Des pistes pour tous les candidats à l’export !

L’intégralité de l’étude sera révélée le 6 septembre 2016…Mise en scène sur l’Observatoire SIAL Innovation et diffusée sur SIAL TV du 16 au 20 octobre.

Pour plus d'informations, contactez-nous !